Troadec ective

Salut, les p’tits roudoudous ! Ça fait longtemps que je n’ai rien publié. J’vous ai manqué ? Non ? Vous non plus, ça tombe bien ! Bon, trêve de politesses, passons aux choses sérieuses ! Si vous suivez un peu l’actualité, vous n’avez pas pu manquer la terrible affaire Troadec. Alors oui, j’arrive un peu après la bataille mais hein, ça ne veut pas dire que je ne peux pas piller les moribonds tel un vieux rat pour me faire un peu d’or.

Recontextualisons l’histoire : Le 16 février de l’an de grasce 2017, dans la belle région de Nantes, au royaume de Bretagne, une famille entière disparaît mystérieusement sans laisser de trace… Le drame ne rappelle que trop douloureusement l’affaire Dupont de Ligonnès… À la différence de cette dernière, toutefois, les soupçons se portent non pas sur le père mais sur le fils. Pourquoi donc ? Quels éléments ont permis à la noble maréchaussée d’ainsi braquer leurs projecteurs sur Sébastien Troadec, 21 ans ? Demandons à l’Express.

« L’enquête semble s’orienter sur la personnalité du fils, dont la voiture a disparu, alors que celles de ses parents ont été placées sous scellé. De source policière, il avait proféré des menaces de mort sur un blog en 2012. »

Hahaaaa ! Son véhicule a disparu ! C’est d’autant plus louche que seul le propriétaire légitime et nul autre peut le conduire ! Mais plus important : le jeune avait menacé quelqu’un via un blog… Quel monstre ! Heureusement que la police ne patrouille pas sur les commentaires Facebook, les forums de Jeuxvidéos.com ou encore League of Legend (véritable repaire de sociopathes) car ils feraient des rafles à en faire pâlir le Führer lui-même, au vu des injures et autres menaces en l’air. Mais ce n’est pas tout :

« Sur Twitter, le jeune homme semblait en vouloir à son père. « Punaise hier de 2h du mat a 20h mon père gueuler j’arrêter pas dlui dire ‘ferme ta gueule’ il continuer à brayer », écrivait-il en 2013, ou encore « Mes parents gueule tout le temps et boivent ». »

Damned, un jeune en conflit avec son père ! Graine d’assassin, va… Tout le monde sait qu’un ado qui s’engueule avec son père finira par le tuer. Et même pire :

« Visiblement déprimé, il écrivait la même année: « ‘Putain’ vivement ma mort, la vie me saoûle », ou « Si ont savait ce qui se passer réellement dans ma tête ont me prendre pour un fou sans morale » (sic). »

« la vi c tro dla merde », comme ont dit 95% des ados lors de leur crise existentielle. De là à passer toute sa famille à la sulfateuse, il n’y a qu’un pas que les médias ont tous franchi avec la délicatesse d’un Panzer dans un jardin d’enfants. Terminons avec un article de LCI :

« [En mars 2013], il avait répondu à une question du site Askfm.com où on lui demandait : ‘Où te vois-tu dans cinq ans ?’. Sa réponse : « Mort… « .

Plus troublant encore. Dans un message posté sur Twitter en septembre 2014, Sébastien avait écrit : « #Dans30AnsJeSuis mort depuis 27 ans ». »

Et voilà que tombe le couperet de la culpabilité sur le cou du jeune homme. Il se sent mal et dit vouloir mourir, tel le pote gothique un peu relou qui parle tout le temps de trucs macabres jusqu’à ce que ça lui passe en même temps que son acné. Pour les médias, le verdict est clair : Sébastien a tué toute sa famille avant de se donner la mort. Merci, braves journalistes à la déontologie irréprochable, merci de n’avoir transmis que les faits et rien que les faits plutôt que de verser dans le putaclic sensationnel. Merci de…

Oh, attendez, on me glisse à l’oreillette que l’assassin était en fait le beau-frère de la famille et que Sébastien est en fait une victime innocente. Oubliez tout ce que j’ai dit, les médias c’est d’la merde…